Conférence : La fluidité de l’expression orale en anglais langue étrangère : une analyse de corpus au regard du CEFR

Intervention d'Amandine Dumont - UCLouvain (chargée de cours invitée et maître de langues)

Résumé :

L’une des préoccupations majeures de nombreux apprenants d’une langue étrangère est indubitablement leur degré de fluidité dans l’expression orale. L’importance de la fluidité (ou « fluency ») est d’ailleurs soulignée dans les descripteurs du CEFR, où celle-ci constitue l’un des cinq critères principaux permettant l’évaluation de la compétence orale en langue étrangère (Conseil de l’Europe, 2001). Pour autant, la définition-même de la notion de fluidité reste objet de débat, et, alors que d’aucuns la restreignent à des aspects strictement temporels tels que le débit de parole (e.g. Grosjean & Deschamps, 1975; Lennon, 2000), d’autres y incluent un panel plus large de phénomènes linguistiques, tels que les reformulations ou les marqueurs de discours (e.g. Götz, 2013; Shriberg, 1994).

Cette présentation a pour objectif d’apporter un regard nouveau sur la notion de fluidité (« fluency ») à travers l’analyse d’un corpus oral d’apprenants francophones de l’anglais (LINDSEI, Gilquin et al. 2010) et de locuteurs anglophones natifs (LOCNEC, De Cock 2004). L’analyse contrastive des productions orales des apprenants de l’anglais et des locuteurs natifs permettra d’établir différents « profils de fluidité » (cf. Götz, 2013) en L1 et en L2. Ensuite, la nature du lien entre niveau CEFR des apprenants et la fluidité de leur production orale sera examinée au regard des descripteurs de la fluidité tels présentés dans le CEFR. 

Les résultats de l’étude mettent en lumière que la fluidité est un phénomène comprenant différentes sous-dimensions, qui varient subtilement entre le groupe d’apprenants et le groupe de locuteurs natifs. En outre, cette étude démontre que, contrairement à ce qui est suggéré dans le CEFR, un discours fluide aussi bien en L1 qu’en L2 n’est absolument pas exempt d’hésitations et peut prendre des formes extrêmement différentes. Enfin, les résultats de l’étude indiquent que les profils de fluidité qui ont été identifiés chez les apprenants de l’anglais ne correspondent pas aux niveaux du Cadre Européen Commun de Référence, remettant ainsi en question l’utilisation de ce type de grille pour l’évaluation de la fluidité en L2.

 


Cette conférence est organisée par le SeSLa (entrée libre).

Informations pratiques :

Local P61 - 16h30-18h

Université Saint-Louis - Bruxelles

Boulevard du jardin Botanique, 119

1000 BRUXELLES

 

Renseignements : sabine.deknop@usaintlouis.be

Accès

Écrire commentaire

Commentaires: 0