Conférence : Etude de formes et fonctions des unités de construction préformées – approche polyfactorielle, analyse conversationnelle vs analyse outillée

Intervention du Professeur Günter Schmale - Université Jean Moulin - Lyon 3

Résumé :

L’étude des expressions préformées, pléthoriques dans toutes sortes de communications écrites et orales, s’appuie encore majoritairement sur le critère de définition de la polylexicalité, l’associant à celui de la stabilité (relative), au sens large, et à l’idiomaticité, au sens restreint. L’exposé développera l’approche de la "polyfactorialité" qui permet d’intégrer non seulement les unités monolexicales dans la classe des "phrasèmes", mais aussi, dans un esprit constructiviste, la description de facteurs étroitement liés à l’emploi d’autres types de phrasèmes « classiques », tels les idiotismes. Un pro-verbe comme Tel père, tel fils est en effet lié à des co- et contextes spécifiques, tout comme une formule de routine du type bonjour (cf. Schmale 2013a).

La catégorisation et la classification formelle des différents types de phrasèmes, effectuées dans un grand nombre d’études, se fondent très largement sur l’examen de corpus écrits (souvent litté-ou journalistiques) et/ou monologiques, le recours à des corpus d’interactions conversationnelles étant encore très minoritaire (cf. Schmale 2013b). Cependant, seule une analyse quantitative et qualitative de grands corpus conversationnels permet

• d’établir quelles unités de construction préformées (= UCP) sont employées dans la communication orale ;

• de saisir la forme multimodale des UCP ;

• d’élucider le traitement des UCP par les interactants,

• et par ce biais les fonctions communicatives des UCP.

Suite à une présentation de nos recherches sur le traitement conversationnel des UCP (rephrasages, paraphrases, commentaires métadiscursifs, jeux de mots, activités non verbales concomitantes, cumul de phrasèmes), l’exposé traitera des implications et des différences entre une étude conversationnelle « qualitative » et une analyse outillée « quantitative » de corpus oraux tout en élucidant les avantages et les inconvénients des deux approches.

Bibliographie :

- Schmale, Günter, 2013a. Qu’est-ce qui est préfabriqué dans la langue ? – Réflexions au sujet d’une définition élargie de la préformation langagière. In : Legallois, D./Tutin, A. (eds.) : Vers une ex-tension du domaine de la phraséologie. Langages 189 (2013), 27-45. 

- Schmale, Günter, 2013b. Forms and Functions of Idiomatic Expressions in Conversational Interaction. In: id. (ed.): Formen und Funktionen vorgeformter Konstruktionseinheiten in authentischen Konversationen / Forms and Functions of Formulaic Construction Units in Conversation. Linguis-tik online 62 (2013), 67-96. URL: http://www.linguistik-online.de/62_13/schmale.pdf.

- Schmale, Günter, 2017. Analyse du traitement interactif d’unités de constructions préformées en contexte conversationnel – Méthode outillée ou approche « manuelle » ? In : Journal of Lin-guistics and Language Teaching 8/2 (2017), 233-249. URL : https://drive.google.com/file/d/1zz ljwPFbGWLbTTvsLbSp_lO-Yi3Fz-Cj/view (17/08/2018).

 

Cette conférence est co-organisée par le SeSLa (entrée libre).

Informations pratiques :

Local P61 - 17h30-19h

Université Saint-Louis - Bruxelles

Boulevard du jardin Botanique, 43

1000 BRUXELLES

 

Renseignements : sabine.deknop@usaintlouis.be

Accès

Écrire commentaire

Commentaires: 0